Imprimer (nouvelle fenêtre)

Les collections anciennes

Lors de sa création, le musée départemental de Préhistoire d'Île-de-France a accueilli d’importantes collections préhistoriques constituées au 19ème et au début du 20ème siècle. Puis, au fil des années, il a bénéficié de d’autres dons et procédé à l’achat de quelques collections anciennes.

Les plus anciennes traces de l’homme préhistorique en Île-de-France

Photographie d'un biface: outil en pierre taillée en forme d'amande

Biface en silex.

Ballastières de Chelles (Seine-et-Marne).

Coll. E. Doigneau - cliché G. Puech

Au 19ème siècle, des ossements d’animaux et des silex taillés ont été collectés dans les alluvions de la Seine et dans les carrières exploitées pour la réalisation des grands travaux parisiens. Certains de ces vestiges sont conservés au musée.

Les fouilles du massif des Beauregards à Nemours

Photographie en noir et blanc du site de fouille du « Cirque de la Patrie » dans le massif des Beauregards à Nemours, le 11 novembre 1953. Edmond Vignard montre un spécimen de nucléus Levallois que l’on vient de découvrir au Docteur André Cheynier et l’abbé Henri Breuil.

Fouille du "Cirque de la Patrie" (Nemours) en 1953.

Cliché Coll. MPIF/Département77

Le massif de Fontainebleau, riche en sites du Paléolithique récent (de - 40 000 à - 9 000), et en particulier le massif des Beauregards, devient un lieu de prédilection pour les chercheurs dès le 19ème siècle. Edmond Doigneau y effectue ses premières recherches à partir de 1867.

Durant l’entre-deux-guerres, l’abbé André Nouel, Raoul Daniel et Édouard Soudan y entreprennent de nouvelles fouilles, reprises après 1950 par André Cheynier, Edmond Vignard et Raymond Delarue. Une grande part du mobilier archéologique découvert lors de ces fouilles a été remis au musée lors de sa création.

Dépôts, dons et achats

Pointe de lance

Pointe de lance en bronze.

Charenton (Val-de-Marne).

Coll. É. Évrard - cliché G.Puech

De nombreux dépôts et dons ont enrichi le musée, dont les collections de l’abbé Joseph Marois, de Jules Poullain, d'Eugène Thoison, d'Étienne Patte, de Charles Durand et d'Alphonse Vallot.
Le musée a poursuivi sa politique d’acquisition de collections anciennes avec, notamment, l’achat d’une partie de la collection Paul Fitte et de la collection Émile Évrard, riche d'objets en bronze.