Imprimer (nouvelle fenêtre)

Casque celte – salle 7

Ce casque en métal, de provenance inconnue mais probablement issue d’une sépulture, est daté du deuxième âge du Fer. Cette pièce d’armement témoigne de la grande maîtrise des métallurgistes celtes et italiques.

Une origine italique

Le casque après restauration.
Cliché G. Puech

Détail du casque avant restauration.
Cliché MPIF

Ce type de casque est appelé celto-italique ou de Montefortino. C’est en effet dans cette localité de l’arrière pays d’Ancône (Italie) que les fouilles d’un cimetière gaulois ont livré au XIXe siècle une série de 17 casques, en fer ou en bronze, de ce type qui, avec d’autres exemplaires connus, démontrent le haut niveau technologique des métallurgistes celtes. Ces derniers sont en effet les premiers à réaliser, dès le Ve siècle avant J.-C., des calottes de casques en fer, métal plus résistant que la tôle de bronze utilisée encore presque exclusivement par leurs contemporains grecs ou italiques.

Une double tradition technologique : celtique et italique

Restitution des couvre-joues.

Dessin André Rapin

Ce casque, en bronze et fer émaillé, illustre la mixité des techniques et de l’ornementation adoptées et assimilées par les forgerons celtes d’Italie. Le bouton en fer riveté sur le sommet du casque est considéré comme une spécialité des Celtes ainsi que la technique de l’émaillage utilisée pour l’ornementation géométrique de ce bouton. En revanche, les décors gravés (couronne au sommet et bandeaux de rubans tressés) relèvent du répertoire des bronziers italiques.

Le trou circulaire, qui traverse la tresse inférieure au niveau des tempes, marque l’emplacement d’un rivet de fer dont la pression était renforcée par une large rondelle identifiable par son empreinte marquée dans l’oxyde, bien visible sur la photo avant restauration. Le rivet en fer servait à fixer la charnière supérieure d’un couvre-joue articulé en métal qui, sur cet exemplaire, ne s’est pas conservé (les parties en fer demeurant les plus fragiles).


Ce casque a très probablement comme lieu d’origine la région des Marches en Italie. Il date du deuxième âge du Fer, et plus précisément de la première moitié du IVe siècle avant J.-C., période qui correspond à l’installation de nombreux Gaulois en Italie.

Bibliographie

  • Rapin A. – Un casque de l’âge du Fer. Dans : Préhistoire en Île-de-France. Les collections du Musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France. Nemours, APRAIF, 2008, p. 314-315.