flux rss Imprimer (nouvelle fenêtre)

Une oeuvre du musée présentée au Grand Palais

  • Retour
  • 28-04-2017
  • Exposition

La sculpture l’Acrobate, de Jean-Paul Marcheschi, habituellement installée dans le parc du musée, est présentée jusqu'au 31 juillet 2017 au Grand Palais à l'occasion de l’exposition « Rodin, l’exposition du Centenaire ».

Une sculpture contemporaine du musée de Préhistoire présentée au Grand Palais

"Rodin, l'exposition du Centenaire"

Photographie de la sculpture intitulée l'Acrobate installée au Grand Palais dans le cadre de l'exposition "Rodin, l'exposition du Centenaire". L'acrobate est une oeuvre en bronze de Jean-Paul Marcheschi.

Cliché Anne-Sophie Leclerc

La sculpture l’Acrobate de Jean-Paul Marcheschi, installée dans le parc du musée de Préhistoire depuis l’exposition de ce dernier en 2009, a l’honneur d’avoir été sélectionnée pour figurer dans l’exposition « Rodin, l’exposition du Centenaire » qui se tient au Grand Palais jusqu’au 31 juillet 2017.

De son vivant et sans discontinuité jusqu’à nos jours, Auguste Rodin (1840 – 1917) connaît une célébrité mondiale incontestable. Le musée Rodin et la Réunion des musées nationaux-Grand Palais se sont associés pour présenter une grande exposition à Paris, à l’occasion du Centenaire de sa mort, tant pour retracer son œuvre que pour explorer les multiples développements qu’il suscite depuis la fin du XXe siècle jusqu’à la décennie actuelle. L’œuvre de Jean-Paul Marcheschi s’inscrit dans cette continuité et c’est la raison pour laquelle cet artiste est présent dans l’exposition du Grand Palais.


Jean-Paul Marcheschi

L'artiste, armé d'une torche enflammée fait couler de la cire sur le sol et donne vie à une sculpture de cire.Sur le mur derrière lui sont exposées deux oeuvres réalisées à la cire sur des feuilles de papier.

Cliché Paula Gellis

Théoricien de l’art, peintre, sculpteur et scénographe d’origine corse, Jean-Paul Marcheschi vit et travaille à Paris. Il abandonne définitivement le pinceau en 1984 pour le flambeau, le noir de fumée et la cire – matériaux qu’il applique sur des feuilles de papier recouvertes de textes écrits librement par lui-même et assemblées en compositions monumentales. C’est le travail de la cire qui l’amène à la sculpture.

A Nemours, pour l’exposition intitulée « Les Fastes », présentée en 2009, Jean-Paul Marcheschi a puisé son inspiration dans le musée et son environnement, mais également dans Les Fastes d’Ovide, livre des fêtes qui jalonnent le calendrier romain. Elle présentait un ensemble inédit de sculptures (cires et bronzes) et d’installations monumentales.


L'Acrobate in situ.
Cliché Stefan Meyer

L'Acrobate

Photographie de l'emballage d'une sculpture en bronze dans le parc du musée. L'Acrobate, oeuvre de Jean-Paul Marcheschi, est emballée dans une caisse en bois.

Le transport de l'Acrobate.

Cliché MPIF/Département77












L’Acrobate est une sculpture en bronze, de 2,70 m de haut. Après l’exposition, le Département de Seine-et-Marne en a fait l’acquisition, ainsi que deux autres œuvres présentées dans le parcours permanent du musée.

Au Grand Palais, l’Acrobate est présenté aux côtés de sculptures contemporaines inspirées de l’œuvre de Rodin.

Cette contribution à l’exposition du Grand Palais fait écho à l’exposition « Mon Cher Rodin… Photographies Emmanuel Berry » présentée, également dans le cadre du centenaire de la disparition d’Auguste Rodin en 1917, simultanément au musée Stéphane Mallarmé (Vulaines-sur-Seine) et au musée-jardin Bourdelle (Égreville).